Bienvenue! Pour ceux qui n'ont jamais entendu parler du créationnisme, il s'agit de la théorie qui trouve ses origines dans le livre de la Genèse et qui s'oppose à l'évolutionnisme. Vous découvrirez sur ce site des articles et des renseignements qui ne manqueront sûrement pas de vous intéresser. Bonne visite.
tires

Creation Blog RSS

Le déluge de Noé

Bientôt une version holywoodienne de l’histoire du deluge de Noé sera sur nos écrans de cinema.

Si vous voulez connaître la vérité concernant les preuves sur la terre d’un deluge qui aurait couvert toute la Terre, il faudra commander notre nouveau DVD :
Faut-il croire au deluge de Noé ?” (cliquer sur le graphique pour commander votre copie aujourd’hui)

deluge_Noe_DVD

DVD EQVIVEn Quête de la Vérité IV !! avec Julien Perreault et Dominique Rousseau

Les objections contre la Création

Les objections contre la Christianisme

Les objections contre Dieu

 

Articles à lire

Les racines du racisme

Par Ian Taylor, B.Sc.

brainLe docteur J. Philippe Rushton, un professeur canadien de psychologie, s’est récemment vu propulser sous les feux de la rampe par sa prétention que les orientaux constituent la race la plus intelligente, la plus attentive aux lois et la plus réservée sexuellement, tandis que les noirs le sont le moins ; les caucasiens ou blancs se situent quelque part entre les deux (Dolphin, 1989). Pour comprendre les dires de Rushton et le pourquoi de ses avancés, il nous faut considérer un peu la base historique, ce qui nous amène en France au siècle dernier. [suite...]

Un poisson mutant prouve l’évolution ?

Lundi 7 décembre 2009 par Julien Perreault B.Sc.

Epinoche_04En novembre 2009, le magazine Evolution a publié un article dans lequel on clame encore une fois avoir découvert une preuve de l’évolution. L’équipe de Rowan Barrett, zoologiste à l’Université de Colombie Britannique, est à l’origine de cette recherche qui concerne un poisson de la famille des épinoches qui vit en eaux marines et en eaux douces.

Sur le site de l’université de Colombie Britannique on rapporte que :

Selon le zoologiste Rowan Barrett : « Les scientifiques ont identifié une version mutante du gène, ou allèle, qui inhibe la croissance de l’armure d’écailles »

« Alors que cet allèle n’est présent que chez 1 % des individus marins, cet allèle est très répandu au sein de la population vivant en eau douce »

En d’autres mots, la perte d’une fonction (armure d’écaille) chez cette espèce de poisson a favorisé sa survie en eaux douces. La production des écailles chez le poisson est commandée par certains gènes de son ADN. D’autres gènes dits « régulateurs » contrôlent l’expression de ce gène. Une mutation du gène régulateur a causé une « erreur », comme c’est l’effet de toute mutation génétique (elles peuvent être, tout au plus, neutres). Cette erreur a fait en sorte que le poisson mutant a une armure d’écaille réduite. Ainsi, sa croissance corporelle est mise à profit et la taille de son corps est augmentée. Ces effets semblent lui conférer un avantage en eaux douces.

armur_epinocheLe mot « évolution » est mal choisi

[suite...]

Pour modéliser le microbe le plus simple au monde, il vous faut 128 ordinateurs !

Par Alexis Madrigal 23 juillet 2012 (article source)

Ce qu’une simulation révolutionnaire par ordinateur nous apprend sur le futur des biotechnologies.

Parmi tous les organismes indépendants* au monde, Mycoplasma genitalium possède l’un des plus petits génomes, avec seulement 525 gènes. Ce génome ne représente qu’une portion de celui d’une autre bactérie comme E. coli, qui possède 4288 gènes. Le génome réduit de M. genitalium en a fait l’objectif premier des chercheurs de l’Institut Stanford et J. Craig Venter qui voulaient simuler un organisme par logiciel. 

Les bio-ingénieurs, conduits par Stanford’s Markus COVERT, ont réussi à modéliser la bactérie, et publié leur travail la semaine dernière dans le journal Cell. Ce qui est fascinant est la puissance dont ils ont eu besoin pour simuler partiellement cet organisme simple. Cela a necessité un ensemble de 128 ordinateurs travaillant pendant 9 à 10 heures pour générer concrètement les données concernant les 25 types de molécules impliquées dans les processus du cycle de vie de la cellule.  [suite...]