Bienvenue! Pour ceux qui n'ont jamais entendu parler du créationnisme, il s'agit de la théorie qui trouve ses origines dans le livre de la Genèse et qui s'oppose à l'évolutionnisme. Vous découvrirez sur ce site des articles et des renseignements qui ne manqueront sûrement pas de vous intéresser. Bonne visite.
tires

Creation Blog RSS

Réunion annuelle ASCQ 2017

Samedi le 8 juillet à Prévost, QC.

SVP confirmer votre présence le plus tôt possible en appelant 579-634-3652 ou en envoyant un courriel à info@creationnisme.com

Articles à lire

Dix arguments de la théorie de l’évolution démentis

par Julien Perreault, B.Sc.

Basé en partie sur « Icons of evolution » par Jonathan Wells, Ph.D.

 

Point 1 – Embryologie

Selon les évolutionnistes, l’embryologie appuie fortement la théorie de l’évolution. Ceci parce qu’ils voient des ressemblances dans le développement embryonnaire de différentes espèces de vertébrés. En effet, on note des ressemblances. Par contre, elles sont liées au fait que l’on a sélectionné un échantillon d’espèces qui possèdent des caractéristiques communes majeures. [suite…]

Expériences de stratification

Par Guy Berthault, Ph.D.

grand-canyon-sJ’ai toujours été intrigué par les énoncés de la géologie historique, avec ses ères de centaines de millions d’années. Je désirais savoir dans quelle mesure ces affirmations sur l’âge des formations géologiques avaient été démontrées, ou pouvaient être démontrées, par l’approche expérimentale. J’ai donc repris l’étude du sujet, il y a quelques années, en portant une attention toute particulière aux principes de stratigraphie qui sont utilisés pour déterminer une chronologie relative des strates géologiques, en fonction de leur superposition. [suite…]

L’âge de la Terre : 101 preuves de la jeunesse de la terre et de l’univers

Don Batten, Ph.D. de Creation Ministries International, a rassemblé une liste (ci-dessous) de 101 évidences en faveur d’une création récente de la terre et de l’univer

Aucune méthode scientifique ne peut prouver l’âge de la terre et de l’univers, et cela inclut les méthodes répertoriées ici. Bien que les indicateurs d’âge soient appelés des « horloges », ils n’en sont pas en réalité, parce que tous les âges résultent de calculs qui impliquent nécessairement de faire des hypothèses sur le passé. On doit toujours supposer le moment de départ de l’ « horloge » ainsi que la manière dont la vitesse de l’horloge a varié au fil du temps. En outre, il faut supposer que l’horloge n’a jamais été soumise à des perturbations.

Il existe un grand nombre de catégories de preuves pour l'âge de la terre et du cosmos qui indiquent un âge beaucoup plus jeune que celui admis aujourd'hui.

Il existe un grand nombre de catégories de preuves pour l’âge de la terre et du cosmos qui indiquent un âge beaucoup plus jeune que celui admis aujourd’hui.

Il n’existe pas d’horloge naturelle indépendante permettant de tester ces suppositions. Par exemple, l’importance de l’érosion sur la lune, fondée sur les vitesses d’érosion observées actuellement, suggère que la lune est très ancienne. Cependant, pour tirer cette conclusion, il nous faut faire l’hypothèse que la vitesse d’érosion dans le passé a été la même qu’aujourd’hui. Et il y a maintenant de bonnes raisons de penser qu’elle a pu être intense dans le passé ; dans ce cas, les cratères n’indiqueraient absolument pas un grand âge (voir ci-dessous).

Les âges de millions d’années sont tous calculés en supposant que les vitesses de changement des processus dans le passé étaient les mêmes que celles que nous observons aujourd’hui, ce qu’on appelle le principe de l’uniformitarisme (ou de l’actualisme). Si l’âge calculé à partir de ces hypothèses n’est pas en accord avec l’âge que l’on pense être le bon, on en conclut que les hypothèses ne s’appliquent pas dans ce cas, et on les adapte en conséquence. Si le résultat du calcul donne un âge acceptable, les investigateurs le publient. [suite…]