Bienvenue! Pour ceux qui n'ont jamais entendu parler du créationnisme, il s'agit de la théorie qui trouve ses origines dans le livre de la Genèse et qui s'oppose à l'évolutionnisme. Vous découvrirez sur ce site des articles et des renseignements qui ne manqueront sûrement pas de vous intéresser. Bonne visite.
tires

Creation Blog RSS

1 juin 2019: Réunion annuelle de l’ASCQ et conférence spéciale sur le changement climatique


15h00-16h30 au 223 St-Charles, Granby – Réunion annuelle de l’ASCQ
19h00-21h00 conférence avec Marc Hébert, M.Sc le changement climatique et le chrétien.

Tout le monde est le bienvenu au deux réunions.

Articles à lire

Les fossiles: Témoignage des mondes perdus ou preuves de l’évolution biologique?

Par Sinaseli TSHIBWABWA. Ph.D.

Pendant plus ou moins 200 ans, le monde a été imprégné d’évolutionnisme. Les scientifiques évolutionnistes nous ont habitués à interpréter les faits biologiques, paléontologiques, géologiques, physiques, astronomiques, sociologiques sous la lunette grossissante d’un monde en perpétuelle transformation ou évolution. La théorie évolutionniste suppose que les êtres vivants et l’univers entier sont le résultat d’une évolution lente, graduelle, au hasard (donc aveugle), par la sélection naturelle. [suite…]

Les six jours de la création

Par Laurence Tisdall

6-days-of-creationLa trinité évolutionniste1 se compose du temps, des mutations et de la sélection naturelle. Le temps figure parmi les sujets les plus contestés du débat évolution-création. Pour justifier l’évolution, on a besoin de beaucoup de temps, de millions, voire de milliards d’années. L’évolutionniste suppose qu’avec assez de temps, l’impossible deviendra possible, que l’hydrogène, à partir du Big Bang, deviendra homme en 15 milliards d’années par le concours du hasard. Pour le créationniste, la question est autant théologique que scientifique. [suite…]

Les dinosaures d’Acambaro

par Dennis Swift, Ph.D.

Dennis Swift

Dennis Swift

En juillet 1944, par un matin ensoleillé, Waldemar Julsrud, un quincaillier allemand d’Acambaro, au Mexique, se promenait à cheval au pied de la montagne El Toro. Soudainement, il aperçut des pierres taillées partiellement découvertes, et un objet de céramique à demi enterré.

Julsrud descendit de son cheval, creusa, et extirpa les pierres taillées ainsi que des morceaux de céramique. S’y connaissant en archéologie, il s’aperçu aussitôt que ces pièces de céramique ne ressemblaient à rien de ce qu’il avait déjà vu. Il connaissait les civilisations indiennes tarascane, aztèque, toltèque, maya, chupicauro, inca et pré-inca, mais les objets qu’il tenait dans sa main se distinguaient nettement de ceux des cultures indiennes connues. [suite…]