Bienvenue! Pour ceux qui n'ont jamais entendu parler du créationnisme, il s'agit de la théorie qui trouve ses origines dans le livre de la Genèse et qui s'oppose à l'évolutionnisme. Vous découvrirez sur ce site des articles et des renseignements qui ne manqueront sûrement pas de vous intéresser. Bonne visite.
tires

Creation Blog RSS

Endoctrinés ! La vie dans un monde d’illusion et de tromperie.

Par Helen Doogue Vere (anglais)
Source (anglais) provenant de Creation.com
Traduit par Daniel Arsenault et Julie Charette Lauzon

James Hutton

Wikipedia.org James Hutton, « le fondateur de la géologie moderne », par Sir Henry Raeburn

Plusieurs d’entre nous avons l’impression d’être parfaitement conscients de nos convictions et des raisons qui nous ont poussés à les adopter. Peut-être pensez-vous que votre vision du monde est cohérente, logique et bien pensée. Mais se pourrait-il que vous soyez davantage le produit de votre culture, de votre société et de vos pairs que vous ne le réalisez?

Le psychologue séculier Philip Zimbardo croit assurément que nous pouvons facilement être influencés à penser ou à nous comporter de certaines façons. En 1971, il a mis en œuvre l’expérience de Stanford. Pour ce faire, il a pris des étudiants collégiaux américains en bonne santé et apparemment bien disposés. Il leur a attribué au hasard les rôles de prisonniers et de gardiens de prison. L’expérience de Zimbardo est devenue si réelle pour ceux qui y participaient, et la cruauté de ceux qui avaient le rôle de gardiens est devenue si grande que plusieurs ont souffert de dépression nerveuse. Zimbardo a donc dû arrêter l’expérience.1 Il semble qu’un jeu de rôle intense était suffisant pour rendre méchants ces gentils collégiens.

On pourrait argumenter que cette situation s’est passée dans un environnement fermé et qu’elle ne pourrait pas avoir lieu dans le monde réel. Cependant, de manière plus graduelle et subtile, de nouvelles valeurs et perceptions deviennent « normalisées » dans la société. Quand nous avons entendu ces idées de manière répétée, particulièrement lorsque nous sommes jeunes, et que tout le monde semble y croire, elles deviennent nos croyances, parfois inconsciemment. Alors quels sont les mensonges qu’on nous a fait avaler?

[suite…]

Articles à lire

L’hélium et l’âge de la Terre

Par Mark Stewart, M.Sc.

sanddialNote de la rédaction: Depuis 1935, les physiciens ont proposé de nombreuses méthodes de datation par la radioactivité pour donner un âge aux roches et, par extension, à la terre (datation au carbone 14, au potassium / argon, au plomb / thorium, au plomb / uranium, au rubidium / strontium…). Le principe est assez simple. Certains éléments naturels existent sous deux ou plusieurs formes : une forme dite normale et une ou plusieurs autres formes dites radioactives. [suite…]

Lyell : une question de temps

Par Ian Taylor, B.Sc.

grandcanyonPratiquement la première question qui vient à l’esprit lorsqu’on est confronté à un artefact du lointain passé, c’est : Quel âge a-t-il ? Nous sommes habitués à penser de cette façon aujourd’hui, mais ça n’a pas toujours été le cas, et il y a une bonne raison de suggérer que la question d’âge en est une que nous avons été conditionnés à demander. Une partie de ce conditionnement se retrouve dans les notices annexées aux présentations de musées et dans les pages de magazines populaires tels que National Geographic et Time. [suite…]

L’âge de la Terre : 101 preuves de la jeunesse de la terre et de l’univers

Don Batten, Ph.D. de Creation Ministries International, a rassemblé une liste (ci-dessous) de 101 évidences en faveur d’une création récente de la terre et de l’univer

Aucune méthode scientifique ne peut prouver l’âge de la terre et de l’univers, et cela inclut les méthodes répertoriées ici. Bien que les indicateurs d’âge soient appelés des « horloges », ils n’en sont pas en réalité, parce que tous les âges résultent de calculs qui impliquent nécessairement de faire des hypothèses sur le passé. On doit toujours supposer le moment de départ de l’ « horloge » ainsi que la manière dont la vitesse de l’horloge a varié au fil du temps. En outre, il faut supposer que l’horloge n’a jamais été soumise à des perturbations.

Il existe un grand nombre de catégories de preuves pour l'âge de la terre et du cosmos qui indiquent un âge beaucoup plus jeune que celui admis aujourd'hui.

Il existe un grand nombre de catégories de preuves pour l’âge de la terre et du cosmos qui indiquent un âge beaucoup plus jeune que celui admis aujourd’hui.

Il n’existe pas d’horloge naturelle indépendante permettant de tester ces suppositions. Par exemple, l’importance de l’érosion sur la lune, fondée sur les vitesses d’érosion observées actuellement, suggère que la lune est très ancienne. Cependant, pour tirer cette conclusion, il nous faut faire l’hypothèse que la vitesse d’érosion dans le passé a été la même qu’aujourd’hui. Et il y a maintenant de bonnes raisons de penser qu’elle a pu être intense dans le passé ; dans ce cas, les cratères n’indiqueraient absolument pas un grand âge (voir ci-dessous).

Les âges de millions d’années sont tous calculés en supposant que les vitesses de changement des processus dans le passé étaient les mêmes que celles que nous observons aujourd’hui, ce qu’on appelle le principe de l’uniformitarisme (ou de l’actualisme). Si l’âge calculé à partir de ces hypothèses n’est pas en accord avec l’âge que l’on pense être le bon, on en conclut que les hypothèses ne s’appliquent pas dans ce cas, et on les adapte en conséquence. Si le résultat du calcul donne un âge acceptable, les investigateurs le publient. [suite…]