tires

Les trilobites : apparition soudaine et enfouissement rapide.

Par Tim Clarey, Ph. D.

Kainops invius lateral and ventral.JPGLes fossiles de trilobites sont parmi les plus populaires chez les collectionneurs et sont trouvés partout dans le monde. Les Indiens de la tribu Ute utilisent une espèce de trilobite comme amulette, et il existe même une grotte en France, appelée la Grotte du Trilobite, qui contient une relique faite de l’une de ces créatures marines éteintes.

Les trilobites sont des membres de l’embranchement des arthropodes, qui comprend les araignées, les insectes et les crustacés. Aujourd’hui, les membres de ce groupe représentent au moins 85 % des espèces de la planète et vivent dans tous les milieux. Les insectes, à eux seuls, regroupent plus de 870 000 espèces d’arthropodes. Dieu a conçu tous les arthropodes avec un exosquelette (un squelette externe) segmenté en appendices. En grec, « arthron » signifie « articulation » et « podos » signifie « pied ». Cet exosquelette ne grandit pas avec l’animal, mais ce dernier doit s’en départir (mue) quand il arrive à maturité.

Bien que les arthropodes dominent aujourd’hui la biomasse de la planète, ils sont beaucoup plus limités dans le registre fossile, où l’on n’en retrouve qu’environ 30 000 espèces. Comme la plupart des arthropodes ont un exosquelette fait de cuticule chitineuse organique, ils se décomposent facilement et ne se conservent pas bien sous forme de fossiles. Quelques groupes d’arthropodes comme les trilobites, dont les carapaces ont été calcifiées, ont été préservés dans le Déluge de Noé. Il y a plus de 2 000 genres (regroupement d’espèces) de trilobites dans le registre fossile et des milliers d’espèces nommées.

Les arthropodes représentent une partie importante du grand mystère de l’évolution qu’on appelle l’explosion cambrienne. En fait, ils sont l’un des fossiles les plus communs dans les strates du Cambrien. (1) Ils apparaissent, dans les couches de roche, entièrement formés, sans ancêtres. L’évolutionniste Richard Fortey a écrit : « Et, pourtant, comment est-il possible que toute cette variété [de fossiles de trilobites] ait surgi, selon toute apparence, instantanément à la base du Cambrien? » Il poursuit: « Où donc sont les ancêtres? Pourquoi semblent-ils invisibles »? (2) Ces questions sont facilement répondues par les créationnistes, qui expliquent l’apparition soudaine de fossiles dans le système cambrien par le dépôt des premiers sédiments produits par le Déluge. Il semble probable que les organismes marins se trouvant en faible profondeur aient été les premiers types d’animaux enterrés et conservés par l’avancement des eaux.

Et maintenant les fossiles de trilobites produisent des preuves encore plus flagrantes de leur enterrement catastrophique. Une étude récente a révélé que bon nombre de ces créatures ont été submergées rapidement alors qu’elles étaient encore en vie! De nombreux spécimens ont été trouvés dans une position enroulée pour se protéger d’un danger.

Cependant, quelques variétés n’avaient pas la capacité de « verrouiller leurs coquilles » pour demeurer en forme de balle; ces arthropodes ont dû compter sur leurs muscles internes afin de maintenir leur position arrondie.

Récemment, les évolutionnistes ont été surpris quand ils ont découvert plusieurs de ces trilobites aux coquilles non verrouillées dans une position de protection en forme de balle.(3) Javier Ortega-Hernandez et ses coauteurs ont fait le rapport suivant : « Après la mort, les muscles responsables de la flexion du tronc auraient dû se détendre, ramenant ainsi la carcasse à sa position allongée. La façon la plus plausible de conserver ces olenellides [ce type de trilobite] serait donc un enfouissement rapide des individus pendant qu’ils étaient encore vivants. »

Enterrés dans les premiers sédiments du déluge universel, les trilobites découverts dans des positions enroulées démontrent que beaucoup ont été ensevelis alors qu’ils vivaient encore. Toutefois, leur apparition soudaine dans les strates n’est pas un mystère lorsqu’elle est vue dans un contexte biblique; elle confirme que le Déluge a rapidement inondé la terre, encapsulant de nombreux animaux dans la boue durant le processus. La science continue de trouver des preuves qui confirment la Bible, même dans ces petits trésors enroulés.

Références

  1. Prothero, D. R. 1998. Bringing Fossils to Life: An Introduction to Paleobiology. Boston: McGraw-Hill, 247-258.
  2. Fortey, R. A. 1997. Life: A Natural History of the First Four Billion Years of Life on Earth. New York: Alfred A. Knopf, 14, 103.
  3. Ortega-Hernandez, J., J. Esteve, and N. J. Butterfield. 2013. Humble origins for a successful strategy: complete enrollment in early Cambrian olenellid trilobites. Biology Letters. 9 (5): 20130679.

Dr Clarey est associé de recherche à l’Institute for Creation Research et détient un doctorat en géologie de l’Université Western Michigan.