tires

En science, la liberté intellectuelle est fondamentale.

Une lettre ouverte au Conseil de l’éducation de l’État du Kansas par le professeur Philip S. Skell, membre de l’Académie Nationale des Sciences, professeur émérite de chimie récipiendaire du prix Evan Pugh, de l’université de l’État de la Pennsylvanie.

12 mai 2005

Source : http://www.darwinreconsidered.org/kansas_board.html

Dr Steve E. Abrams, président
Conseil de l’éducation de l’État du Kansas
C / o Département de l’éducation de l’État du Kansas
120 SE 10th Avenue
Topeka KS 66612-1182
Télécopieur: (785) 296-7933

Cher Dr. Abrams:

J’ai suivi avec intérêt la controverse dans votre État à propos de l’adoption de nouveau standard à propos de l’enseignement de la science. Je vous écris en tant que membre de l’académie nationale des sciences pour vous exprimer mon ferme appui à l’idée que les élèves devraient être en mesure d’étudier les critiques scientifiques des preuves de la théorie moderne de l’évolution ainsi que les éléments de preuve favorisant cette théorie.

Trop souvent, la question de savoir comment enseigner la théorie de l’évolution a été dominé par des voix extrêmes. À une extrémité, beaucoup de religieux militants ont plaidé pour que soit enseigné la création en se basant sur la Bible et pour que l’évolution soit éliminer entièrement du programme d’études des sciences. D’autre part, de nombreux biologistes darwinien engagés présentent aux étudiants une version idéalisée de la théorie et font l’impasse sur ses problèmes réels et empêche les étudiants de faire l’apprentissage des véritables critiques scientifiques de l’évolution.

Ces deux extrêmes se sont trompés. L’évolution est une théorie importante et les élèves ont besoin de la connaître. Mais désormais, des revues scientifiques documentent plusieurs problèmes et critiques scientifiques de la théorie de l’évolution et les élèves ont besoin de connaître aussi cela.

Beaucoup des critiques scientifiques dont je parle sont bien connus par les scientifiques de diverses disciplines, y compris les disciplines tel que la chimie et de la biochimie, dans lesquels j’ai travaillé. J’ai trouvé que certains de mes collègues scientifiques sont très réticents à reconnaître devant la population l’existence de problèmes avec la théorie de l’évolution. Ils affichent un zèle presque religieux pour un point de vue strictement darwinien des origines biologiques.

L’évolution darwinienne est une théorie intéressante sur l’histoire passée de la vie. Néanmoins, il a peu d’impact pratique sur les branches de la la science qui ne traite pas des questions de l’histoire biologique (en grande partie basée sur des pierres et des fossiles). La biologie moderne est engagée dans l’examen des tissus provenant d’organismes vivants avec de nouvelles méthodes et de nouveau instruments. Aucune des grandes découvertes de la biologie et de la médecine au cours du siècle dernier dépendent et sont guidées par l’évolution darwinienne — elle n’a fourni aucun support à ces découvertes.

Soit dit en passant, on peut se demander ce que Darwin aurait écrit aujourd’hui s’il était conscients de l’état actuel de nos connaissances en biologie cellulaire, plutôt que celle de milieu du 19ème siècle quand il était généralement admis que la cellule était un espace clos, une goutte de gélatine?

Pour ces scientifiques qui prennent cela au sérieux, l’évolution darwinienne a fonctionné plus comme un système de croyance philosophique que comme une hypothèse scientifique testable. Cette fonction quasi-religieuse de la théorie est, je pense, ce qui se trouve derrière la plupart des déclarations extrêmes que vous avez sans doute rencontré de certains scientifiques s’opposant à toute critique du néo-darwinisme dans la salle de classe. C’est aussi pourquoi de nombreux scientifiques font des déclarations publiques sur la théorie qu’ils ne défendraient pas en privé devant d’autres scientifiques comme moi.

À mon avis, cet état de choses a persisté en raison principalement que beaucoup trop de scientifiques ont peur de contester ce qui est devenu l’orthodoxie philosophique parmi leurs collègues. Heureusement, les choses changent à mesure que plusieurs scientifiques commencent maintenant à examiner les preuves pour le néo-darwinisme plus ouvertement et de façon critique dans des revues scientifiques.

La liberté intellectuelle est fondamentale à la méthode scientifique. Apprendre à penser de façon créative, logique et critique est la formation la plus importante que les jeunes scientifiques peuvent recevoir. Encourager les étudiants à examiner attentivement les éléments de preuve pour et contre le néo-darwinisme, aura comme conséquence de contribuer à préparer non seulement les étudiants à comprendre les arguments scientifiques actuelles, mais aussi à faire de bonne recherche scientifique.

Je vous félicite pour vos efforts afin de vous assurer que les étudiants soient plus amplement informés des débats actuels, parmi la communauté scientifique, sur le néo-darwinisme.

Cordialement,

Professeur Philip S. Skell
Membre de l’Académie Nationale des Sciences (NAS)
Professeur émérite de chimie
Récipiendaire du prix Evan Pugh de l’université de l’État de la Pennsylvanie