tires

Faits appuyant l’hypothèse d’une terre jeune

na00603_1

par D. Russell Humphreys, Ph.D.

Voici une liste de phénomènes naturels contredisant la théorie évolutionniste selon laquelle la terre et l’univers ont quelques milliards d’années. Chacun d’eux implique un nombre maximum d’années qui est bien moindre que le temps d’évolution requis. S’ils veulent être pris au sérieux, les scénarios évolutionnistes devront expliquer ces grandes incohérences.

Bien qu’il existe un bien plus grand nombre d’évidences, j’ai choisi quelques faits brefs et simples à expliquer. Certains d’entre eux ne pourraient concorder avec l’idée d’un vieil univers qu’en proposant une série de suppositions improbables et non prouvées; d’autres ne peuvent s’insérer que dans la perspective d’un univers jeune.

Je référerai a des résultats s’exprimant en millions d’années, c’est-à-dire que je considérerai alors l’âge maximal possible et non l’âge actuel. Donc, ces  » limites élevées  » a) nient les milliards d’années d’évolution requises, et b) sont parfaitement cohérentes avec l’âge biblique de la Terre, c’est-à-dire entre 6 000 et 10 000 ans.

1. Les galaxies tournent trop rapidement sur elles-mêmes

Les étoiles de notre galaxie, la Voie Lactée, tournent autour du centre galactique à différentes vitesses, les plus centrales tournent plus rapidement que les plus périphériques. Les vitesses de rotation observées sont si grandes que si la galaxie était plus vieille que quelque cent millions d’années, elle aurait l’apparence d’un nuage d’étoiles informe plutôt que la forme de spirale qu’on lui connaît1.

Pourtant, notre galaxie est supposée être âgée d’au moins 10 milliards d’années. Les évolutionnistes appellent cette contradiction  » le dilemme de la rotation  » et essaient de la résoudre à l’aide d’une théorie complexe, celle des  » ondes de densité « 1. Cette théorie comporte des problèmes conceptuels et n’a pas été confirmée par l’observation. Ce dilemme ne se poserait pas si on acceptait que les galaxies ont été créées récemment.

2. Les comètes se désintègrent trop rapidement

Selon la théorie de l’évolution, les comètes sont supposées être aussi vieilles que le système solaire, c’est-à-dire environ 5 milliards d’années. Soulignons que chaque fois qu’une comète s’approche du soleil, elle perd une si grande quantité de sa matière qu’elle disparaîtrait au bout d’environ 100 000 ans. Beaucoup de comètes ont l’âge typique de 10 000 ans3. Les évolutionnistes expliquent cette incohérence en supposant que:

Les comètes proviennent d’un  » nuage d’Oort  » jamais observé, loin derrière l’orbite de Pluton, à l’abri de la destruction solaire.
Des interactions gravitationnelles improbables avec le passage irrégulier d’étoiles entraînent souvent les comètes de ce  » nuage  » dans le système solaire.
D’autres interactions improbables avec les planètes ralentissent l’arrivée des comètes.
Considérant ces faits, le système solaire devrait remplacer par de nouvelles comètes toutes celles qui se désintègrent. Tout ceci doit se produire assez souvent pour rendre compte des centaines de comètes observées4.

Jusqu’à maintenant, aucune de ces suppositions n’a été démontrée ni par observation, ni par des calculs réalistes.

3. Les continents terrestres s’érodent trop rapidement

Chaque année l’eau et le vent provoquent l’érosion d’environ 25 milliards de tonnes de poussière et de roche des continents et les déposent au fond de l’océan5. À ce rythme, il suffirait de 15 millions d’années pour éroder toute la terre située au-dessus du niveau de la mer. Ainsi la plupart de la surface terrestre aurait été ensevelie sous les mers depuis quelque 100 millions d’années. Les théories concernant l’élévation des continents à mesure qu’ils deviennent plus légers (puisque érodés) sont inadéquates pour expliquer toutes ces divergences.

4. Trop peu de sédiments dans le lit marin

Les plus récentes théories géologiques (celles des plaques tectoniques) soutiennent que le sol océanique est âgé de 200 millions d’années. Au rythme actuel de sédimentation des continents, le lit marin devrait être recouvert de plusieurs kilomètres de sédiments. Présentement, ce sol présente en moyenne environ 250 mètres (800 pieds) de sédiments6.

Ceci implique que le sol marin n’existe que depuis 15 millions d’années tout au plus. Certains évolutionnistes argumenteraient que les théories de subduction (de larges régions du sol océanique se seraient ensevelies dans la terre) pourraient résoudre ce problème. Cependant, en considérant les 200 millions d’années mentionnées plus haut, on obtient un rythme de subduction si lent qu’il n’aurait pu disposer de plus de 10% des sédiments nouvellement formés, ceci est beaucoup trop peu pour compenser ces différences. De plus, il existe de grandes surfaces de sol marin (p. ex. la mer Tasman, près de l’Australie) qui ne peuvent faire partie de ces  » zones de subduction « . Pour ces raisons, I’argumentation selon laquelle le lit marin serait jeune semble valable.

5. L’océan accumule le sodium trop rapidement

Tous les ans, les rivières7 et les autres cours d’eau8 jettent plus de 450 millions de tonnes de sodium dans l’océan. Seulement 27% de cette quantité de sodium peut ressortir de la mer chaque année8,9 À ce qu’on sache, le reste s’accumule simplement dans l’océan.

S’il n’y avait aucune trace de sodium au départ, il aurait suffi de moins de 42 millions d’années pour accumuler la quantité actuelle de sodium, aux taux actuels d’absorption et d’émission8 C’est beaucoup moins que l’âge de l’océan avancé par la théorie évolutionniste (soit 3 milliards d’années).

La réplique habituelle est que par le passé les quantités de sodium introduites dans l’océan étaient moindres qu’à l’heure actuelle et que les quantités évacuées etaient plus importantes. Toutefois, les calculs les plus généreux permettent aux scénarios évolutionnistes d’atteindre, tout au plus, un âge maximal de 62 millions d’années9. Des calculs10 concernant plusieurs autres éléments chimiques présents dans l’eau de mer donnent aux océans un âge beaucoup moins avancé.

6. Le champ magnétique terrestre décroît trop rapidement.

L’énergie emmagasinée dans le champ magnétique terrestre a diminué constamment d’un facteur de 2,7 depuis plus de 1000 ans11. Les théories évolutionnistes expliquant cette diminution rapide, ainsi que la façon dont la Terre aurait maintenu son champ magnétique pendant des milliards d’années », sont très complexes et inadéquates.

Une bien meilleure théorie créationniste existe. Elle est simple, basée sur la physique du son et elle explique plusieurs caractéristiques du champ : sa création, un renversement rapide durant le déluge de la Genèse, des fluctuations d’intensité jusqu’au temps de la venue de Christ et un rythme de décroissance constant depuis ce temps jusqu’a maintenant.

Cette théorie s’accorde avec les données paléomagnétiques historiques et actuelles13. Le résultat principal est que l’énergie du champ (et non l’intensité locale) a toujours diminué au moins aussi rapidement que maintenant. À ce rythme le champ ne peut être âgé de plus de 10 000 ans14.

7. Sur plusieurs couches, les fossiles s’étalent sur trop de strates

Les fossiles  » poly strates « , qui pénètrent plusieurs strates géologiques, sont décrits dans la documentation géologique approuvée. Par exemple, aux Joggins en Nouvelle-Écosse, plusieurs fossiles d’arbres encore debout sont éparpillés dans 760 mètres (2500 pieds) d’horizons géologiques15. Ces arbres ont été enfouis sous terre avant même de pourrir. Ceci implique qu’ils ont été engloutis tout entiers en quelques années, tout au plus16. Mais voilà que la théorie évolutionniste soutient que les strates superficielles se sont déposées sur les strates internes après des millions d’années.

8. Trop d’hélium dans les roches chaudes

Une étude publiée dans Geophysical Research Letters démontre que l’hélium produit par la désintégration radioactive dans les roches chaudes et profondes n’a pas eu le temps de s’échapper. Bien que ces roches soient supposées être âgées de milliards d’années, l’hélium qu’elles contiennent suggère un âge inférieur à des millions d’années24.

9. L’agriculture est trop récente

Le portrait évolutionniste habituel présente l’homme comme ayant chassé et cueilli sa subsistance pendant 100 000 ans durant l’âge de pierre avant de découvrir l’agriculture, il y a moins de 10 000 ans25. Les preuves archéologiques démontrent que l’homme de pierre etait aussi intelligent que nous. II semblerait que l’homme vécut sans agriculture pendant moins de quelques centaines d’années, et il est même raisonnable de croire que l’homme ait depuis toujours connu l’agriculture26.

Bibliographie

1. Scheffer, H. and H. Elsasser, Physics of the Galaxy and an Iterstellar Matter, Springer-Verlag, Berlin, 1987, pp. 352,353, 401-413.

2. Slusher, H.S., The Age of the Cosmos, Technical Monograph No. 9, Institute for Creation Research, El Cajon, CA. 1980, pp. 15,16.

3. Steidl, P.F.,  » Planets, comets, and asteroids « , in Design and Origins in Astronomy, G. Mulfinger, ed., Creation Research Society Books, Norcross, GA, 1983, pp. 73-106.

4. Whipple, F.L.,  » Background of modern comet theory « , Nature, Vol. 263, Sept. 2,1976, p. 15.

5. Gordeyev, V.V. et al.,  » The average chemical composition of suspensions in the world’s rivers and the supply of sediments to the ocean by streams « , Dockl. Akad. Nauk. SSSR, Vol. 238, 1980, p. 150

6. Austin, S.A., priv. communication, Institute for Creation Research, El Cajon, CA, July 7, 1988.

7. Maybeck, M.,  » Concentrations des eaux fluviales en éléments majeurs et apports en solution aux océans « , Rev. de Geol. Dyn. Geogr. Phys., Vol. 21, 1979, p. 215.

8. Austin, S.A. and D. R. Humphreys,  » The sea’s missing salt: a dilemma for evolutionists « , Proceedings of the Second Intemational Conference on Creationism, Vol. 2, Creation Science Fellowship, Pittsburg, PA, 1991, in press.

9. Sayles, F.L. and P.C. Mangelsdorf,  » Cation-exchange characteristics of Amazon River suspended sediment and its reaction in seawater « , Geochimica et Cosmochimica Acta. Vol. 41., 1979, p. 767.

10. Austin, S.A.,  » Evolution : the oceans say no! « , ICR Impact, No. 8, Institute for Creation Research, El Cajon, CA, October 1973.

11. Merill, R.T. and M.W. McElhinney, The Earth’s Magnetic Field, Academic Press, London, 1983, pp. 101-106.

12. Humphreys. D.R.,  » Reversals of the earth’s magnetic field during the Genesis flood « , Proceedings of the First International Conference on Creationism, Vol. 2, Creation Science Fellowship, Pittsburg, PA, 1987, pp. 113-126.

13. Coe, R.S. and M . Prévot,  » Evidence suggesting extremely rapid field variation during a geomagnetic reversal, Earth and Planetary Science Letters, Vol 92, April 1989, pp. 292-298.

14. Humphreys, D.R.,  » Physical mechanisms for reversals of the earth’s magnetic field during the flood « , Proceedings of the Second Intemational Conference on Creationism, Vol. 2, Creation Science Fellowship, Pittsburg, PA, 1991.

15. Dunbar, C.O., Historical Geology, 2nd ed., Wiley, New York, 1960, p. 227.

16. Rupke, N .A.,  » Prolegomena to a study of cataclysmal sedimentation », in Why not Creation?, W.E. Lammers, ed., Creation Research Society, Norcross, GA, 1970. pp. 152-158.

20. Gentry, R.V. et al  » Radiohalos in coalified wood : new evidence relating to time of uranium introduction and coalification « , Science, Vol. 194, October 15, 1976, pp. 315-318.

21. Gentry, R.V.,  » Radiohalos in a radiochronological and cosmological perspective « , Science Vol. 184, April 5, 1974, pp. 62-66.

22. Gentry, R.V., Creation’s Tiny Mystery, Earth Science Associates, Knoxville, TN, 1986, pp. 23-37, 51-59, 61,62.

24. Gentry, R.V et al,  » Differential helium retention in zircons : implications for nuclear waste management « , Geophys. Res. Lett., Vol. 9, October 1982, pp. 1129-1130.

25. Deevey, E.S.,  » The human population « , Scientific American, Vol. 203, September1960, pp. 194-204.

26. Dritt, J.O.,  » Man’s earliest beginnings : discrepancies in the evolutionary timetable « , Proceeding’s of the Second International Conference on Creationism, Vol. 1, Creation Science Fellowship, Pittsburgh, PA, 1991, pp. 73-78.