tires

Le papillon nocturne du Yucca et la plante du Yucca

Par Mark Stewart, M.Sc.

Yucca

Yucca

Il existe dans la nature de nombreuses relations sociales obligatoires qui peuvent être difficilement expliquées uniquement sur la base de la théorie de l’évolution. L’une des mieux connues d’entre elles est la relation qui existe entre le papillon nocturne du Yucca et le Yucca ou baïonnette espagnole (Yucca glauca). Quelle est la nature de cette relation ?

Les fleurs de la plante de Yucca sont suspendues vers le bas. Leur organe femelle, le pistil, est plus bas que leurs organes mâles ou étamines. Ainsi disposés, il est impossible que les grains de pollen produits par les étamines tombent de l’anthère ou des sacs polliniques sur le stigmate (partie du pistil qui reçoit le pollen) parce que ce dernier a la forme d’une coupe et que la partie qui doit recevoir le pollen est située sur la paroi interne de la coupe.

Une fois fécondée par le mâle, la femelle du papillon nocturne du Yucca (Pronuba) commence le travail aussitôt après le coucher du soleil. Elle récolte une grande quantité de pollen des anthères des fleurs de Yucca et la garde dans les parties de sa bouche spécialement développées pour cet usage. Après cette opération, ce papillon femelle vole habituellement vers une autre fleur de Yucca, perce l’ovaire de cette dernière avec son ovipositeur et y dépose un ou plusieurs oeufs. Après la ponte, elle descend le style (tige du pistil), atteint le stigmate et y fourre une boule de pollen. La plante est ainsi à son tour fécondée. Elle peut alors produire un plus grand nombre de graines. Certaines de ces graines sont mangées par les larves du papillon qui y tirent des substances nécessaires à leur croissance et à leur transformation ultérieure en chrysalides. Les graines qui ne sont pas image8mangées par les larves du papillon mûrissent et permettent à la plante de perpétuer son espèce. Il est difficile d’imaginer ce qui pousse ce papillon à récolter une bonne quantité de pollen et à la fourrer dans le stigmate de la plante. On hésite à croire que la femelle de ce papillon connaît ce qu’en sera le résultat ! Généralement, on suppose qu’il s’agit d’un exemple de comportement instinctif.

Pourtant, il s’agit bien d’une relation obligatoire : en l’absence du papillon, le Yucca ne produit pas de graines, alors que sans le Yucca, le papillon ne peut compléter son cycle de reproduction. Les larves de ce papillon ne mangent que les graines de Yucca. Ainsi, si le papillon manquait de polliniser le Yucca, le résultat serait l’extinction éventuelle à la fois de la plante et de l’insecte !

Comment ce phénomène peut-il être expliqué sur la base de la théorie de l’évolution ? Qui apparut le premier, le papillon du Yucca ou la plante de Yucca ? En ce moment, le papillon ne peut pas vivre très longtemps sans la plante de Yucca car il a besoin d’elle pour compléter son cycle de reproduction. De même, le Yucca ne peut vivre pendant quelques années sans le papillon, car il ne sera pas capable de s’autoféconder pour produire des graines. L’extinction de l’espèce végétale surviendrait avec la mort des plantes maintenant en vie.

L’évolutionniste suppose que cet arrangement est un résultat de longs processus évolutifs. Mais, il est impensable que le papillon du Yucca et la plante de Yucca aient atteint, tous les deux à la fois, leur étape de développement actuel en peu d’années. Si on suppose que tous les deux avaient autrefois des méthodes différentes pour compléter leur cycle de vie, on ne résout pas non plus le problème car alors quelques questions surgissent :  » Pourquoi ont-ils abandonné ces méthodes ? Si par exemple, la plante de Yucca était autrefois capable d’être fécondée par plusieurs espèces d’insectes, pourquoi aurait-elle évolué de façon à être dépendante d’une seule espèce aujourd’hui ? « .

Il est difficile de croire que des systèmes excellemment équilibrés tels que l’oeil d’un vertébré ou les plumes d’un oiseau se sont développés par des mutations au hasard. Il en est de même pour des situations telles que les relations entre le papillon du Yucca et la plante de Yucca. Elles ne se sont pas établies au hasard, par de petites mutations au fil des années !

Traduit par Sinaseli Tshibwabwa, Ph.D.